Le Cercle Des Immortels

Un monde de destruction entre vampire et démon.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une soirée mondaine (privée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Une soirée mondaine (privée)   Mar 19 Fév - 23:54

Kazahana avait passé toute la journée dans son appartement en tentant de se vider au maximum la tête. Elle ne voulait pas entrevoir tout ce qui allait pouvoir se passer à cette soirée. Rien de très bon, c’était une chose certaine, mais elle ne voulait pas non plus imaginer un énorme bain de sang. La jeune femme s’était plongé dans la méditation pour mettre ses idées de côtés et faire passer le temps qu’il restait. Pourtant on la dérangea bien tôt. On sonnait à la porte. Ronchonnant en savant parfaitement qui cela allait être, elle se leva et alla ouvrir. Cela n’avait pas manqué, deux membres de la Lune Rouge allaient lui tenir compagnie durant les quatre heures qu’il restait. Elle ne les invita même pas à entrer, les laissant sur le pas de la porte pendant qu’elle allait se rasseoir sur le tapis au milieu du salon en tailleur. Ces messieurs rentrèrent d’eux même, en commençant par faire un tour complet des lieux pour s’assurer qu’elle était bien seule. Un des deux hommes déposa sur un des fauteuils une housse en lui disant :

" Voilà votre robe, vous feriez peut être bien d’aller vous préparez pour ne pas que nous soyons en retard, Mademoiselle. "

Kazahana ouvrit à nouveau les yeux et le dévisagea froidement. En premier lieu, une robe ! Et puis quoi encore elle était assez grande pour choisir ses vêtements toute seule. La jeune femme se leva et regarda tout de même à l’intérieur de cette fameuse housse. Une grande robe rouge sang avec une large échancrure s’y trouvait. Rien qu’a la regarder Kazahana savait qu’elle venait de la part de son frère Nathan. Il lui avait largement fait un grand discours la veille sur le fait qu’il fallait absolument qu’elle se tienne parfaitement et cela passait par faire bonne impression. Elle la reposa sur le fauteuil pour s’adresser à celui qui lui avait apporté la robe sur un ton assez glaciale :

" Merci je suis assez grande pour savoir combien de temps il faut pour me préparer, et ne vous en faite pas vous arriverez à l’heure pour vous gaver de petits fours ! "

Elle lui tourna les talons et se dirigea vers sa chambre, regardant tout aussi froidement le second sbire qui se trouvait dedans, celui-ci ne se faisant pas prier pour en sortir. Avant de claquer sa porte elle leur adressa un dernier conseil :

" Touchez à un seul objet et vous n’aurez pas la joie de voir les festivités de ce soir, idem sur le fait que vous ne me dérangerez pas jusqu'à ce que je sorte de ma chambre. "

Elle enrageait intérieurement, la jeune femme savait parfaitement qu’elle aurait à avoir ce genre de chose sur le dos, mais pas aussi tôt. Bref, elle se dirigea vers la salle de bain et se mit à couler un bain. Kazahana revint dans sa chambre pour déposer sur le lit, la robe qu’elle avait décidé de mettre. Quelque chose de beaucoup plus simple et largement moins extravagant et en ‘vogue’ dans le milieu mondain vampire. Après s’être dévêtu,elle se plongea dans l’eau chaude. Elle y resta un bon moment, continuant de vider au mieux son esprit. Une fois sortit et séché elle s’attela à sa préparation. Une fois paré elle enfila sa robe. De nouveau devant son lit, elle enveloppa le long katana noire avec lequel elle se battait dans une étoffe. Il lui serait confisqué dès son arrivée, mais au moins il se trouverait dans la maison si tout devait dégénérer et qu’elle ne réussissait pas à récupérer ses dagues. Elle sortit de la chambre, pile à l’heure, ses deux tortionnaires l’attendaient. Ils sortirent tous trois du bâtiment, s’engouffrèrent dans une grosse berline noire qui les emmena au manoir des Camarilla.

La cours de la demeure était rempli de monde et d’effervescence. La voiture s’arrêta devant l’escalier qui montait à la porte d’entrée. Kazahana en sortit, on lui prit tout de suite son katana des mains lui disant que c’était la procédure à suivre. Elle se retourna trente secondes en direction de la forêt. La jeune femme savait parfaitement qu’elle n’y distinguerait rien, mais elle était persuadé qu’Arbagon lui, la voyait. Elle ne s’éternisa pas et rentra dans la maison. Comme elle s’y attendait aussi, Kazahana se sentit tout d’un coup…seule, vraiment seule face à tous ces vampires avec qui elle ne partageait que son appartenance à la même race. De plus ils étaient tous au courant de ses dernières mésaventures… Pas de quoi lui faire beaucoup plus apprécier la soirée et les gens qui l’entourait.
Bon pour le moment elle se dirigeait vers les personnes dont elle avait peut être le moins envie de voir pour le moment. Sa famille. Elle rentra de le grand bureau, après avoir prit une profonde inspiration. La démarche la plus simple et sûre d’elle possible. Elle ne se sentait pas du tout à sa place, les cheveux attaché en un élégant chignon laissant dépasser quelques mèches légèrement bouclés, des escarpins vernis, et une longue robe en satin, couleur prune qui laissait son dos nu, s’arrêtant juste en dessous de son dernier souvenir douloureux encore un peu rouge. Non ce n’était pas elle. Bref la discussion ne se passa pas vraiment dans un sentiment de quiétude. Elle fut même interrompu par l’entrée de plusieurs vampires. Kazahana savait pertinemment qui ils étaient. Elle s’excusa et s’éclipsa de la pièce avant même que l’on l’y invite, pour se retrouver dans la grande salle avec tout le reste des invités. Entourés des deux même empotés qui étaient venus la chercher plus tôt. La jeune femme se retira légèrement dans un coin de la grande pièce et perdit son regard dans la foule…


Dernière édition par Kazahana Camarilla le Mar 19 Fév - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mer 20 Fév - 5:56

Il fit un geste de main, deux hommes se déplacèrent. Il était ici depuis bientôt deux heures, à observer les réjouissances qui prenait place au manoir. Invisible, personne ne pouvait les voir ou même sentir leur présence, une bonne chose. Il regardait sans broncher les festivités, il reconnaissait quelques membres de la Lune Rouge, qu'il aurait bien aimé tuer, mais il fallait attendre. Il passa de branche en branche avec agilité et légèreté, s'approchant d'un des démons pour mieux voir une partie de la cours. Il serait difficile de tous les épargner, il pesta intérieurement contre ce fait.

Le vétéran lui avait laissé seulement 35 traqueur et traqueuse, parmi eux, Evans et Nomia. Celui-ci lui avait bien dit qu'il ne pouvait pas monopoliser tous les traqueurs, mais il se disait quand même que le nombre était limite, content de l'alliance qui avait été fait, à condition que ces derniers arrivent et soient compétents bien sûr. Le chemin pour se rendre ici avait été facile et sans encombre, un trajet de santé pour ceux qui l'accompagnait. C'est ainsi qu'ils avaient fini dans les branches à jouer aux espions.

Une forme à la démarche familière s'avança à l'entrer, c'était Kazahana. Elle regarda dans les bois, pas vers lui, mais elle savait qu'il était ici. Il ne pouvait qu'espérer que les choses ne tourneraient pas trop mal. Il ferma les yeux un instant et quand il les ouvrit, elle n'était plus là. Il regarda parmi les vampires qui étaient présent. Déjà des membres de l'ordre étaient infiltrer, certains seuls et d'autres en couples fictifs. Il rejoignit Evans, et lui fit signe avant de lui tendre les deux dagues de Kazahana. C'était le seul traqueur qui l'avait vu et qui pourrait entrer, le seul qui pourrait donner les armes à leur propriétaire. Evans se leva et partit plus loin, pour arriver comme tous les vampires normaux.

***

Evans approcha des gardes normalement, il ne ressentait même pas de stress. Il arriva devant le garde et s'arrêta, présentant son invitation. C'était une vraie, sa famille était vraiment très haute dans la hiérarchie, elle était même dans la Lune Rouge. À la vu de son nom de famille, on le laissa entrer, sans même contrôler ses armes, parcourant ce dernier du regard pour éviter que cela soit trop évident s'il en avait une, on ne voulait pas de jaloux. Tout marchait parfaitement, mais pourquoi en aurait-il été autrement? Il savait bien que tout irait comme prévu.

Il entra dans la maison en regardant toute la pièce, trouvant la silhouette qu'il cherchait. Il s'approcha d'elle, une ravissante vampire, pas à ce demander comment elle avait fait pour gagner le coeur de son ami Arbagon, ce traqueur qu'il avait toujours cru incapable de ressentir la moindre chose. L'opération n'était pas s'en risque, mais il avait son idée de comment il remettrait les armes à Kazahana sans trop attirer l'attention, il se figea devant les deux gardes qui surveillait la jeune vampire.


" - J'ai besoin d'être seul avec Demoiselle Camarilla.

- Je ne te reconnais pas, tu n'es pas en position de nous forcer à partir!

- Je ne crois pas que tu sache à qui tu à affaire, moi le descendant des Fanrell! "

On vu immédiatement l'air ahuri des deux gardes. Il connaissait sa famille, parfait, tout était comme il le voulait. Il avait un air supérieur et dédaigneux de ces hauts vampires de la Lune Rouge, toisant avec mépris les simples gardes. Le malaise de ces derniers semblait grandir.

" - Tu savais que les Fanrell avait un fils, demanda le premier des deux.

- J'était au courant pour leur fille, mais pas pour un fils "

La mention de sa soeur faillit faire craquer tout ce qu'il avait fait. Sa petite soeur qu'il avait laisser derrière lui en rejoignant l'ordre des traqueurs. Prenant un air faussement, mais crédible, impatient et agacé, il releva sa manche et montra le tatouage de sa famille aux deux gardes.

" - faite moi du vent, j'ai des ordres et j'ai une plus grande priorité que vous deux, simple novice qui espèrent pouvoir faire quelque chose de leur vie.

- Oui Mr.Fanrell "

Les deux vampires partir, Evans levant les yeux qu ciel quand ils furent partis. Il fit un sourire à Kazahana et soupira discrètement. Il sortit de sa poche les deux dagues qu'il tendit rapidement et de façon calculer à celle-ci, ne restant plus que deux choses qui impliquait cette dernière.

" Le loup qui a réussi à ressembler ses confrères de meute différente, celui qui est souillé de sang, s'excuse de ce qu'il fera pendant la soirée et hurle sa demande de pardon. Pas de question, vous devez comprendre seul. Ensuite, j'ai besoin de votre aide pour divertir c'est deux imbéciles, j'ai des choses à vérifier et je n'y arriverait pas sous les regards. "

Il regardait Kazahana pensivement, elle devait l'aider. Pour ce qui était du message qu'il lui avait demandé de lui transmettre, Arbagon avait dit qu'elle comprendrait les allusions. Il regarda furtivement par dessus son épaule et vu que les deux autres approchaient, il prit à nouveau son air hautain et supérieur, d'un ton qui laissait croire qu'il parlait à une simple personne stupide de la vie courante.

" Elle s'est montrer patiente, n'abuser pas de cela, sinon elle pourrait venir prendre elle même ce qu'elle demande. Et vous, je ne vous ai pas dit de revenir, si jamais la dirigeante l'apprenait, vous seriez fouettez pour avoir désobéis, comptez-vous chanceux que j'ai eu fini. Non mais, pris avec deux imbéciles et une petite vampirette traîtresse, à qui elle fait confiance en plus. "

Il soupira et regarda Kazahana, il espérait qu’elle n’en le prendrait pas trop mal, mais il avait un rôle à jouer et des instructions à respecter. Il se retourna et espéra franchement que l'aide attendu serait apporter, parce que sinon, les choses seraient encore plus compliquer avec des jeunots de la Lune Rouge qui cherchait un moyen de monter dans les échelons.


Dernière édition par Arbagon Naïmphras le Mer 20 Fév - 15:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Jeu 21 Fév - 1:03

C'était le jour ou il devait rejoindre son contacte dans la forêt, il était arrivé à destination lui sur l'arbre non loin du contacte avec qui il avait eu un dialogue deux jours précédant.
Sans un bruit ni autres il était arrivé avec les sien tous dissimulé sur des branches qui ne bougère même pas au contacte de ceux-ci.
Dans l'ombre une respiration invisible l'odeure imperceptible il ne pouvait ainsi être repéré tous éparpillé sur les branches de différent arbres...

Vergil dans l'ombre de l'arbre regarda tout d'abors Arbagon pour fixa par la suite la cérémonie qui ce dérouler sous ses yeux, ses compagnons étaient quand à eux derrière les compagnons du traqueur.
Tous étaient dans l'ombre de l'abre et caché par le trons aucun ne bougeais sans l'ordre de Vergil celui-ci avait été très claire, tout manquement aux règles du à l'incompétance de l'un d'entre eux et la mission échouré à coup sur.

Il avait rassemblé 2 démons de sa propre ligné et expérimanté du à leur age et au multiples missions accomplies avec le père de celui-ci, quand au reste des siens ils étaient 34. Tous aussi expérimanté dans la discrétion et autres mais venaient de lignée différante certains même ne ce connaisser que depuis quelques heures.

D'autre était compagnons d'arme, d'autre frère chacun avaient accepté les règles de Vergil et du contacte avec qui il avait établis le contrat de ce soir, tous attendais le moment ou il donnerait les ordres.

Les vampires arrivés de tous coins, tous de grandes lignée mais d'échelons différent, les membres de la lune rouge étaient là il ne s'attendaient surment pas à ce qui aller suivre par la suite... Vergil regarda sur la droite la gauche de la cérémonie les enfants devront être épargné ainsi que tout mort inutile cela n'apporterer aucun changement seul les membres de la lune rouge.

Toutes personnes qui oposerer une resistance enver eux y perdrait elle aussi la vie même si elle n'avait rien avoir à tous ça, maintenant il falait attendre, attendre le bon moment la bonne occasion pour éviter un carnage et réussir ceci dans les meilleures conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Sam 23 Fév - 18:11

Kazahana avait été un peu surprise de voir un vampire se présenter devant elle, d'autant plus quand celui-ci s’identifia comme un Fanrell. Sur le coup cela l'avait légèrement inquiété, qu'est ce que pouvait bien lui vouloir un membre de cette grande famille qui appartenait aussi largement que la sienne au clan de la Lune Rouge. Surtout présenté avec une telle autorité...
Il lui tendit le plus discrètement possible ce qu'elle comprit très vite être ses armes, qu'elle déposa derrière le dossier du fauteuil qui se trouvait près d'eux, elle ne pouvait se balader avec. Elle fut rassuré, seulement en partie, c'était un traqueur. La jeune femme se rappelait bien avoir déjà vu son visage, c'était un compagnon d'Arbagon. Ses paroles furent assez distantes, mais elle les comprit parfaitement. Kazahana pouvait concevoir qu'il ne pouvait se permettre de parler plus ouvertement. Il avait besoin de son aide. Oui elle allait faire du mieux qu’elle pouvait, malgré le fait que justement elle ne pouvait pas se permettre grand chose. Enfin, il avait besoin qu’elle lui libère la route. Comment allait-elle pouvoir bien s’y prendre ? Les deux crétins qui la suivaient avaient parfaitement assimilés leurs leçons et ne risquaient pas de la perdre… La jeune femme venait d’avoir une idée. Elle alla attraper un verre sur un des buffets et dans presque faire exprès elle fit semblant de trébucher et leur en renversa le contenu sur leurs beaux habits. Prenant un air totalement affligée elle leur dit :


" Pardonnez moi je suis affreusement confuse d’avoir taché vos costumes ! Vous ne pouvez pas rester à la soirée avec de pareilles tâches, suivez moi je sais où vous allez pouvoir enlever tout ça. "

Et voilà, elle les entraîna à l’étage pour les faire rentrer dans une des salles de bains de la maison. Kazahana avait, elle espérait permit à son compagnon de fortune, d’avoir assez de temps pour faire les repérages qu’il jugeait nécessaire. Ses deux gardes étaient tous deux totalement affairés à se nettoyer, ce qui n ‘était pas pour lui déplaire elle les attendait devant la porte fermé. En tout cas, pas très futé, elle aurait très largement pu se faire la mal, mais à quoi bon, les gardes en bas de l’escalier l’auraient légèrement calculés.
La jeune femme fut surprise de voir un couple sortit d’une des chambres plus loin dans le couloir. Elle détourna la tête, Kazahana n’avait pas vraiment envie d’engager la conversation avec eux. Pourtant ce fut un de ceux-ci qui en s’arrêtant à son niveau fut également surprit :


" Quel parfait hasard, je te croyais interdite de ce genre de soirée ou enfermé quelque part ! "

Kazahana leva les yeux et avant même qu’elle ne puisse dire un mot, son interlocuteur la serrait dans ses bras.

" Cela faisait si longtemps, excuse moi de ne pas être très présent, mais les histoires de la famille ne sont pas vraiment mes préoccupations favorites. A ce propos quel mal élevé je fais, je te présente Milosh Maundrell. "

Celui ci s’avança vers elle et lui baisa la main tout en se courbant en murmurant un " Mademoiselle " avant de faire comprendre à celui qui venait de le présenter qu’il l’attendrait en bas.

" Théophile, je ne m’attendais pas à te voir ici, tu évites tellement souvent notre compagnie… "

" D’habitude oui, mais là je n’ai pas eu vraiment le choix, la famille me l’a bien fait comprendre. Au fait comment trouves-tu Milosh ? "

" La famille, tu veux dire, Nathan…c’est par lui que passe beaucoup de chose maintenant. O Milosh, il m’a l’air tout à fait charmant, vraiment… "

Théophile était encore une toute autre identité de la famille, plus attiré par l’amour et les plaisirs que l’on pourrait qualifier de charnels que par toutes ces maudites histoires belliqueuses. Kazahana l’avait pourtant toujours beaucoup apprécié, et inversement.

" Je te croyais plus en difficultés que cela, après tout ce qui ce dit à ton propos. Comment as tu pu faire tout cela, t’embarquer dans tant de dangers et aller te perdre dans les bras d’un démon ! Tout de même ; Kaza, mon ange, tu pourrais avoir tous les vampires que tu voudrais, un démon… Il te passe de ces idées dans la tête. Enfin tout est rentré dans l’ordre maintenant que tu t’es rendu compte que tu faisais fausse route. Je crois même si tu veux te changer les idées pouvoir te présenter deux ou trois charmants partis, ce qui ôterait un poids à Nathan qui lui serait totalement aux anges, façon de voir les choses, si tu pouvais ainsi éviter de lui causer quelques soucis supplémentairement, il doit se ménager, conseil de grand frère et surtout ménager Katarina qui est enceinte ! Qu’elle magnifique nouvelle, la famille va s'agrandir ! "

Lui répondit-il l’air tout à fait comblé. Kazahana elle était tout d’un coup assez perdue, Théophile commençant par lui dire que rien de ce qui c’était passé n’était bien grave finalement, juste un écart de sa part il l’a jugée et de plus ça. Nathan ne lui en avait même pas touché un mot ! Bon certes elle n’avait jamais beaucoup aimé Katarina, sa famille et leurs manies de conservation d’un sang pur etc… Mais tout de même.

" Bien, je vois, merci pour ta vision des choses et les nouvelles que tu m’apportes…"

La porte se réouvrit brutalement laissant sortir ses deux gardes du corps qu’elle avait sur le coup complètement oublié.

" Je te présente mes nounous qui ne doivent pas me quitter d’une semelle au cas ou je déciderais de retomber dans la folie! Tu devrais allez retrouvez ton amant avant qu’il ne succombe aux charmes d’un autre. "

Lui répondit-elle cette fois froidement. Elle lui avait pourtant tant porté, à lui aussi d’estime. Mais là tout s’effondrait à ses pieds, il était comme toute cette jeunesse dorée qu’elle détestait… Il tourna les talons et disparu dans les escaliers. Kazahana regarda d’un air complètement dépité ses deux gardes en s’asseyant sur le sol du couloir. Elle ne voulait pas redescendre tout de suite, en premier pour laisser encore du temps à celui qui le lui avait demandé et en second et surtout pour ça, pour ne pas avoir à tomber sur tous ces gens… De toute façon sa présence n’allait faire défaut à personne…


Dernière édition par Kazahana Camarilla le Lun 3 Mar - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Sam 23 Fév - 21:32

Evans fut content de voir qu'elle avait accepté de l'aider. Quand elle renversa le contenu d'un des verres sur ses deux gardes personnels, il du se retenir de ne pas rire, même si l'envie était assez forte. Quand elle les eu fait monter à l'étage, il en profita pour analyser l'endroit, s'y promenant rapidement, enregistrant la position des vampires de la Lune Rouge et autre donné. Il remarqua aussi les caméras, les boutons pour l'alarme silencieuse et tout le matériel informatique destiné à recevoir les traqueurs pendant la soirée.

Il ne fallu pas longtemps pour trouver la pièce qui contenait le coeur du réseau informatique de ce système de défense. Arbagon n'était pas stupide, il s'y était attendu, c'est pourquoi il avait remit à Evans l'équipement qui permettrait à son collègue de pirater le réseau. Il entra et referma la porte sans se faire remarquer, s'approchant du système, essayant de trouver ce qu'Arbagon lui avait décrit. Il trouva enfin et connecta ce qu'il pensait être un diffuseur sans-fil dans la place approprier, sortant le téléphone portable dont le numéro était déjà composer et appuya sur envoyer.

***

Arbagon attendait toujours. Les vampires étaient maintenant tous infiltrer et devait attendre encore un peu avant de faire quoique ce soit, Evans devait faire le premier signe. Quand il sentit la vibration, su qu'un petit pépin devait être réglé, Evans avait trouvé du matériel informatique. C'était le code qu'il s'était donner, Arbagon avait été sûr qu'il y en aurait et avait préférer ne pas prendre de chance.

Alla quelques branches plus loin, où était accrocher un sac. Il ouvrit le sac et prit l'ordinateur portable qui s'y trouvait, activant une série de commande. Il repéra son générateur de sans-fil et par l'entremise de ce dernier, infiltra l'ordinateur de la Lune Rouge. Fouillant dans ce dernier, il trouva le IP et un nom d'utilisateur, parfait pour commencer le piratage. Il activa le réseau de sécurité et commença son travail, commençant par hacker le mot de passe. Puis, quand ce fut fait, entra par infraction dans le réseau. Un message l'avertie qu'une sécurité avait été activer et qu'un traceur de IP était actif, il ne disposait que de cinq minutes au maximum avait d'être détecter.

Entrant une série de commande, il accéda aux divers systèmes de sécurité et les désactiva, ne restant plus que les caméras. Celle-ci ne pouvait pas être arrêté sans que cela soit remarqué. Il prit donc un enregistrement anciens de ces dernières et le fit tourner en boucle sur ceux-ci, qui n'enregistrait plus ce qu'elle voyait, mais continuant à paraître en marche. Il alla supprimer les traces de sa visite et se déconnecta du réseau, ayant fini avec ce petit problème. Il prit un téléphone dans sa tunique et pesa sur envoyer.

***

Evans regardait nerveusement vers la porte, s'il se faisait prendre ici, tout allait mal tourner. Attendant impatiemment la réponse de son supérieur pour partir, il espérait bien qu'Arbagon ne tarderait pas trop. Il regardait l'écran de temps à autre pour voir quelques minimes changement, se disant que tout serait bientôt fini. Quand son téléphone vibra, il retira le petit objet du système et sortit discrètement de la pièce, sans se faire prendre.

Il regarda les traqueurs qui étaient présent, tous avaient fait ce qu’ils devaient, c'était le temps de passer à l'action. Comme prévu, il se dirigea vers un des gardes d'entrée et dégainant son arme, frappa un des deux. Durant un instant tous se figèrent, les traqueurs entrant en scène, puis la Lune Rouge se décida à réagir, suivit par la panique de la majorité des autres. Il regarda du coin de l'oeil, des traqueurs combattaient et d'autre avait pour objectif de mettre à l'écart ceux qui devaient être épargné et les garder à cet endroit. Il en était de même à l'extérieur, il le savait.

***

Arbagon était revenu à l'avant de ses hommes, regardant le manoir. Après quelques minutes, il vu en garde recevoir un coup, le signal pour l'attaque. Il avait décidé de miser sur la surprise et la vitesse pour ce coup. Il fit signe de main et en moins de 5 secondes, le reste de l'escouade qui n'était pas infiltré arriva sur le lieu de bataille. Il prit sur lui d'aller organiser à l'intérieur du manoir, se tournant vers Nomia qui était juste à côté de lui.

" Tu prends la tête de ceux qui sont dehors. Ceux-là doivent mettre à l'écart les innocents et les enfants, seulement la Lune Rouge doit être attaqué. Surveille nos 'alliés' pour s'assurer qu'il respecte la part de leur engagement, tu les tues s’ils font couler du sang inutilement. "

Il se dirigea rapidement vers le manoir, entrant dans celui-ci avec les traqueurs désigner à venir avec lui. Il envoya certains aider pour mettre en sécurité les vampires à sauver, laissant les autres entrer dans la bataille. Il retrouva Evans et le félicita rapidement, allant prendre part au combat lui aussi. Sa personnalité de traqueur prenant place entière en lui, il n'eu même pas la moindre penser pour Kazahana ou ses deux frères qu'il avait promit d'épargner si possible. Pour le moment, ce qui importait, c'était la mort de la Lune Rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Ven 29 Fév - 3:32

[HJ : desl pour le temps, j'attendais que Vergil post, comme cela ne vient pas je me permet de taper un post au pire on interchangera si besoin est...]

Kazahana était toujours à l'étage, assise par terre contre un mur à se perdre dans ses pensées pendant que ses deux sbyrbes se chamaillaient pour elle ne voulait pas savoir quoi. Pourtant quelque chose la sortit de sa méditation, une certaine agitation semblait se répandre au rez de chaussé. La jeune femme réalisa assez vite à quoi cela pouvait être du. C'était le moment fatidique, les traqueurs avaient du pénétrer dans le manoir. Elle se leva assez rapidement et commenca à se diriger vers les escaliers, avant d'être gentillement rappeller à l'ordre par ses deux 'fidèles compagnons' :

"Ne bougez pas de là, l'un de nous va aller voir ce qu'il se passe"

O la galère, elle n'y pensait plus sur le coup. L'un des deux déscendit, mais Kazahana n'avait pas vraiment le temps ni l'envie d'attendre que ce messieur daigne bien libérer le passage pour elle. Hors de porté elle se retourna et s'excusa auprès de l'autre de ce qu'elle allait faire. Dix secondes plus tard, le malheureux qui était resté à ses côtés venait de perdre connaissance. Bon maintenant il ne lui manquait plus qu'a descendre et qu'a éviter de tomber sur des trop méchants de la Lune Rouge. Bien, elle n'était même pas armé, ses dagues étaient en bas dans le salon. Bon au moins comme cela aucun traqueur ne s'en prendrait à elle. Elle déscendit donc, prudement ; passa devant la porte d'entrée et pu appercevoir que les combats étaient autant à l'intérieur qu'a l'extérieur de la maison. Pour les non combattants une vague de panique était le maitre mot, ceux-ci étaient plus ou moins gentillement accompagné à quitter les lieux mais ils provoquaient une pagaille monstrueuse cherchant à retrouver telle ou telle personne. Déjà des cadavres ou des personnes à demi consciente gisaient au sol...

Kazahana se dirigeait vers le salon quand on la saisit par le bras et qu'on l'entraina dans une pièce annexe. Cette fois c'était Nathan, son long katana déjà taché de sang à la main qui lui dit :

"Tu n'ouvriras donc jamais les yeux !"

"Je ne fais plus partie de cette famille je te rappelle que c'est une de tes idées, mon cher..."

"Arrête s'il te plait, tu es là ce soir et cela n'est pas anodin..."

"Anodin, je suis venu ici en parfaite prisonnière, avec deux gus qui ne m'ont pas laché ! De plus j'ai juste une impression, tu me diras si je me trompe : de ne plus être ta soeur, quand allais-tu me dire pour ta femme ?"

Nathan n'eu pas le temps de répondre, trois personnes entrèrent violament dans la pièce, un vampire qui se battait contre ce que Kazahana présumait être deux traqueurs, il ne se passa pas une seconde avant que celui-ci aille porter son aide à l'autre vampire qui semblait être lègérement en difficultés. Kazahana ne pu même pas retenir Nathan de se plonger dans la bataille. Il fallait qu'elle se fasse une raison, il allait se battre contre eux et jusqu'a la fin si celle ci lui était destiné pour ce soir. Pourtant certainement inquiet pour elle, il se rapprocha d'elle et lui demanda de sortir et de quitter le manoir. La jeune femme s'exécuta, elle sortit de la pièce mais elle ne quiterait pas le manoir.

Plus loin dans le couloir c'était la scène inverse, il y avait quatres vampires de la Lune Rouge pour un traqueur, Kazahana sans même réfléchir attrapa un des vampires qui étaient dos à elle et l'assoma avec un des vases qui étaient posé sur une table à côté. Elle récupera son katana et blessa un second vampire le tenant ainsi en joug obligé de rester au sol. Le traqueur se dépatouilla avec les deux autres. Le traqueur s'approcha d'elle et commença à la remercier avant de vouloir mettre fin à la vie du vampire qui était au sol. La jeune femme s'éloigna, elle savait parfaitement qu'elle ne pouvait interférer dans la situation, elle tourna les talons et se redirigea vers le salon pendant qu'un frisson lui parcourut l'échine au moment ou le son de la lame du traqueur bougea.

La grand salon n'avait pas meilleure allure, sauf qu'il y avait plus de monde qui se batait. On ne savait pas vraiment ou regarder ni qui était finalement les 'méchants' des 'gentils'. Kazahana semblait passer à côté de tout cela comme une ombre, personne ne s'interposant sur son chemin. Pourtant elle retint sa respiration quand elle apperçut Arbagon aux prisex avec des membres. Elle n'avait pas encore pensé à lui depuis que tout c'était bousculé. Enfin elle fut rapidement sortit de cette idée quand on se jeta sur elle. Ami ou ennemi elle n'en avait pas la moindre idée, sachant seulement que maintenant elle était au sol, qu'elle avait bien entendu laché le katana qu'elle avait peu de temps avant dans les mains. Elle se releva au plus vite, très pratique la robe de soirée et les chaussures à talons pour se jetter sur ses dagues qui ne se trouvaient pas si loin. Elle les empoigna et attendit son adversaire. Un bon combattant qui pourtant ne pu résister à un coup de talon sur le pied en abaissant sa garde du côté gauche. Dans ces cas là, la moindre défaillance ne pardonnait pas.

Kazahana tout en regardant comment évoluaient les choses dans la salle quitta ses chaussures. Elle n'arriverait pas à se défendre correctement perché la dessus. Arbagon était toujours là, et une dizaine de vampire de la Lune Rouge venaient de franchir la porte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Ven 7 Mar - 22:52

[Ayant laisser moi aussi un certain temps à Vergil, je me lance moi aussi.]

Le chaos et le sang, la chair et les muscles, les cris et les pleurs, rien d'autre ne constituaient son monde. Parade, bloque, contre-attaque, esquive, attaque, tout ce succédait à une vitesse folle, il ne s'en remettait plus qu'à son instinct, penser lui ferait perdre beaucoup trop de temps. Toujours le visage masquer, un sombre sourire s'était formé sur son visage, la frénésie qui était en lui faisait peur au plus faible d'esprit. Il avait quelques égratignures, mais comme les traqueurs se battaient en équipe et chacun se protégeait l'un et l'autre pendant un combat, il était des plus efficace.

Alors qu'il venait de faire tomber un vampire, mort ou non il ne le savait pas, il aperçu un petit garçon, il lui donnait 8 ans au maximum, perdu en plein milieu du champ de bataille. Il s'avança et prit le jeune enfant, qui paniquer se débattit, Arbagon ne pouvant se permettre que l'enfant s'énerve trop, lui donna un léger coup derrière la tête, l'enfant tombant dans l'inconscience, toujours vivant. Il se dirigea vers les siens qui avait apporté les vampires à sauver dans une pièce et qui ne laissait sortir personne, mesure radicale, mais nécessaire. Il le tendit à un de ceux-ci.


" - Le champ de bataille n'est pas dégager?!?

- Nous nous y efforçons, mais ces jeunes ne veulent rien savoir, ils sont durs à sortir, leurs parents ne sont pas toujours d'accord pour nous laisser les apporter à l'écart.

- Je m'en fou, faite plus vite, je ne veux pas que la vie de ces enfants soit en jeu, quitte à les tranquilliser ainsi. "

Il repartit rejoindre quelques traqueurs. Il tentait de joindre ses hommes qui étaient séparés pour en faire de nouveau groupe et limiter les pertes, les corps qu'il trouvait était mis ensemble par d'autre traqueur, pour leur donner des funérailles décentes à la fin de tout cela. Il sentit quelque chose s'appuyer à son dos, il se retourna pour voir un démon qui venait de lui éviter une grande blessure. Il le regarda finir l'autre vampire un autre de plus de mort.

Un bruit attira son attention, des vampires qui entraient en renforts, les choses se compliquaient, il ne pourrait plus tenir aussi longtemps que prévu. Il ouvrit une fenêtre et alla à l'extérieur chercher les autres traqueurs, ceux-ci entrèrent rapidement dans le manoir, les vampires les suivant, ceux qui devaient protéger les innocent laisser en paix pour éviter la mort de ces 'otages'. Arbagon entra et ferma la fenêtre, forçant les adversaires à contourner le manoir pour passer par la porte, lui laissant un peu de temps supplémentaire.

Un vu un combat qui se rapprochait drôlement d'un silhouette à l'écart, jusqu'à la menacer. Comme la vampire ne prenait pas part au combat, elle faisait partie de ceux à sauver, il se dirigea et vu le démon mourir, il tua un vampire et se plaça entre la silhouette, ne reconnaissant même pas Kazahana sous l'adrénaline et la tension. Un autre le heurta violement, l'entraînant au sol, il se débattit un moment, cherchant à reprendre l'avantage, et avec la lame de son adversaire, lui coupa un biceps, prenant une des siennes pour lui planter dans le ventre. Il se releva et partit un peu plus loin vers un autre combat, voyant que le combat tournait de plus en plus à l'avantage de la Lune Rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Dim 9 Mar - 14:00

La jeune femme se sentait un peu perdue, comment ne pas l'être dans une telle pagaille ? Avant qu'elle n'ai pu réaliser qu'elle venait de tuer un membre de la Lune Rouge, elle avait entre apperçut Arbagon qui avait tenté de s'interposer entre eux, avant d'être violement dévié par un autre vampire. Quel chaos. Le salon était un vrai champs de bataille, duquel on ne pouvait accéder que par la grande porte. La pièce du fond étant protégé par des traqueurs tentant de raisonner et de maintenir ensemble une majorité d'enfants et de jeunes pour leur éviter le pire. Seulement avec l'intrusion massive de membres de la Lune Rouge, le tout semblait assez mal partit pour la ligue des traqueurs. Kazahana n'avait pas la moindre idée de leur situation à l'extérieur...

Un autre problème se posait à elle. De quel côté devait-elle s'afficher ? Ils avaient convenus du côté du clan avec Arbagon mais la jeune femme ne pouvait totalement s'y résoudre. Elle n'avait aucune envie de devoir affronter un allié d'Arbagon et de jouer à celui ou celle qui doit survivre. Elle était coincé et allait au plus vite devoir choisir...

Elle ne bougea presque pas, toujours contre le mur pas loin du fauteuil où elle avait récupéré ses dagues, se contentant d'observer la situation. Des combatants tombaient des deux côtés. Ce n'était pas un spectacle agréable. Kazahana si dirigea finalement vers la pièce du fond, se planta devant un des traqueurs qui la gardait, tout en lui montrant que bien qu'elle soit une vampire elle ne charchait aucune ostilité :

"Il faut les faire sortir d'ici ! Et il n'y a pas trente six moyens de le faire, la porte principale ou une fenêtre !"

Elle s'enfonça un peu plus dans la pièce avant d'ouvrir au maximum une des fenêtres, de s'y pencher pour voir si le passage était possible, avant de se retourner pour continuer :

"Vous ne pouvez pas les laisser là, je ne sais pas quelles sont vos ordres mais je ne pense pas que vous ayez une autre occasion..."

Le traqueur qui l'avait suivit sembla peser le pour ou le contre, et se décida finalement. Les autres s'arrangèrent et commencèrent non sans mal à faire évacuer tout le monde. Les bruits des combats voisins se faisant de plus en plus menaçant. La jeune femme aidait au mieu faisant passer aux traqueurs qui étaient passés dans la cours les plus jeunes. Le nombre supérieur de la Lune Rouge les avaient obligé à envoyer des traqueurs se battre dans le salon. Kazahana reprit ses dagues et se dirigea vers le salon, ils n'avaient plus besoin d'elle; les derniers étaient entrain de sortir.

Mais tout cela n'avait en aucun point réglé son problème, elle était dans la partie que les traqueurs 'contrôlaient'. De plus les combats n'allaient pouvoir durer éternellement et plus particulièrement pour les traqueurs qui se trouvaient de plus en plus mal... Une idée lui traversa l'esprit, elle retourna voir celui avec qui elle avait fait sortir les jeunes :

"Ecoutez moi, vous ne tiendrez pas longtemps à ce rythme, ils vous faut quelque chose pour interrompre les combats et vous permettre discretement de vous regrouper ou de laisser du temps à d'autres d'arriver. Je suis une Camarilla, prenez moi en otage et exigez... je sais pas n'importe quoi, du moment que cela vous permettes de gagner du temps !"

Alors là, elle espérait ne pas avoir fait une trop grosse boulette, elle venait de lui lancer but en blanc qu'elle était de cette famille que les traqueurs n'appréciait guère et en plus qu'il avait le droit de se servir d'elle. Bon si il était aussi juste et bon qu'il le semblait les instants d'avant, il respecterait cela et ne lui ferait en vrai pas de mal. Il fallait espérer, et finalement cela semblait le meilleur moyen... Elle lâcha ses dagues, leva les mains au niveau des épaules et continua :

"Je suis désolée de vous dire cela, mais si nous voulons être crédible puisque je suis censé être de leur côté il va falloir que vous me maltraitié un petit peu, puisque logiquement je ne me laisserais pas prendre aussi facilement... Ne vous faîtes pas priez j'en ai vue d'autres..."

Décidément elle avait de ces idées ! Et il semblait avoir comprit que son plan ne pouvait pas être pire que ce qui était entrain de ce passer. Il s'approcha d'elle et lui décocha un coup dans le ventre. Ouaou Kazahana le sentit passer, plié en deux elle respira. Elle était toujours debout face à lui.

"Bien, je crois que ca devrait suffire pour cet endroit, il ne me manque plus qu'un bon bleu sur le visage et notre comédie devrait pouvoir être crédible..."

Elle n'eut pas vraiment le temps de finir sa phrase qu'elle se retrouva au sol. Elle porta une main à sa lèvre, voilà qui était fait, il venait de lui l'exploser d'un revers de la main. Il l'aida à se relever avant de s'excuser pour ce qu'il venait de lui faire. Kazahana lui fit comprendre qu'il n'avait pas à le faire. Elle se tourna dos à lui avant qu'il ne lui passe un bras autour de la gorge et n'applique une lègère pression avec son arme sur son flanc. Et voilà il la fit s'avancer et ils se retrouvèrent dans le salon. Le traqueur hurla qu'il avait maintenant un otage et les combats se figérent. Au moins le résultat était là. Une voix se détacha alors, c'était Vanir Camarilla qui était maintenant dans le salon et qui demandait aux vampires de ne plus rien faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akazome Nagasaki
Dirigeante de la Lune Rouge
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 25
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Lun 10 Mar - 20:39

La soirée avait bien commencé. Dans le bureau à parler avec quelques un des vampires de la Lune Rouge, la jeune fille de Vanir entra. Akazome la regarda, elle savait les bruits qui courraient à son sujet, en tant que dirigeante d'une section de la Lune Rouge, elle se devait de savoir ce genre de chose. Tomber amoureuse d'un démon, un traqueur qui plus est, elle avait fini par partir en cavale avec lui et à s'opposer à eux. Seulement, depuis la mort de son frère, elle avait repris des distances avec son amant, Akazome ne savait pas si on pouvait lui faire confiance, elle semblait réellement détacher de ce démon, mais comment lui faire confiance malgré tout.

Quand les autres qu'elle avait convoqués entrèrent, la jeune Camarilla partit, son regard la suivant un certain moment. Puis elle reporta son attention au petit groupe et commença les explications pour la soirée. L'intervention de ses maudits traqueurs lui semblait inévitable et elle voulait que ces petits soldats soient prêts. Bien que la majorité était des habitués, elle ne voulait aucune erreur, les renforts qu'on lui avait donnés ne devaient pas servir autant que possible, sinon ce serait un peu comme une preuve de son incompétence. Elle ne donnerait pas cette joie à ces supérieurs, car elle ne supporterait pas de passer pour une vampire plus faible.

Tout semblait bien se dérouler, jusqu'à ce que le bruit qu'elle redoutait se fasse entendre. Le combat commençait de l'autre côté, elle ne sortit pas du bureau, regardant par la petite ouverture du mur, aussi bien ne pas aller se faire tuer là dedans. Le déroulement du combat semblait trop serrer, au bout d'un certain temps elle se décida à ne pas prendre de risque, elle fit demander les renforts qui arrivèrent et renversèrent la situation, les corps des traqueurs s'entassait dans un coin, petit à petit le problème serait régler. Ce n'est pourtant pas ce qui arriva quand le démon déclara avoir prit un otage et que Vanir fit cesser les combats. Elle maudit le démon.

Sortant de son bureau, elle avait une allure d'impératrice, d'une froide beauté, d'une autorité sans équivoque. Elle toisa les vampires de la Lune Rouge et ensuite les traqueurs, dont elle avait anciennement été membre. Si seulement tous savaient voir le pouvoir, mais ce n'était pas du tout le cas. Un sourire assez froid, elle regarda la jeune otage, personnellement, qu'elle vive ou meurt n'allait pas changer sa journée de demain, mais que les traqueurs s'en sorte indemne, cela oui allait la changer.
" Où est votre chef? " Un autre démon s'avança, elle le reconnu, il était plutôt gênant dans les projets que la Lune Rouge échafaudait. Et si on s'en fiait à ses sources, il avait été l'amant de cette petite vampirette. Voulait-il se venger en la tuant? Elle était intéresser à voir cela.

" Alors petit démon, tu te permet de prendre une otage, qui ne fait même pas partit des personnes sous ma responsabilité. Que me ferait la mort de celle-ci? Aurais-tu l'audace de la tuer ou n'est-ce seulement que du chantage pour trouver une solution à ta défaite. Si tu crois que je bluff, ne te méprend pas, la mort qui ne change rien à ma vie ne m'inquiète pas, moi la Traîtresse, tu me connais n'est-ce pas? "

Oui au geste nerveux qu'il venait d'avoir il connaissait son histoire et son nom. Elle avait fait de petit signe à Vanir pour qu'il reste calme, il devait penser qu'elle avait un plan, mais ce n'était pas tout à fait le cas. Elle savait qu’ils ne la tueraient pas, elle n'avait commis ni meurtre ni acte que ces derniers punissaient sous l'ordre de la Lune Rouge. Elle n'était même pas parmi leur rang. Si ce démon voulait l'impressionner, il devrait faire autrement, elle lui fit un sourire mauvais et moqueur, elle n'était pas du tout impressionner de leur petite tentative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mar 11 Mar - 2:22

Tout ce calma d'un coup, il fit signe à ses compagnons d'arrêter le combat. Un des siens avait Kazahana comme otage, il comprit rapidement la supercherie et vu l'homme qui avait ordonné la trêve, son père sûrement. Un moment de répit, rien ne lui convenait mieux, il analysa la situation, ils ne pouvaient pas s'en sortir, c'était impossible. Quoi faire? Que pouvait-il revendiquer en échange de Kazahana? Quelle limite ne devait-il pas franchir? Alors qu'il allait enfin agir une vampire sortit d'un bureau, Arbagon ne la sentait pas, mais pas du tout. Son allure et son attitude, quelque chose lui donnait une mauvaise impression de la suite. Il la regarda s'avancer vers le démon qui retenait l'otage.

Quand elle demanda qui dirigeait le groupe, il s'avança vers elle, sans peur, sans crainte, elle n'aurait que ce qu'elle mériterait si elle tentait quoi que ce soit. Ces paroles le laissèrent perplexe, elle l'invitait à la tuer? La suite lui fit comprendre pourquoi. La Traîtresse! Elle avait quitté l'ordre avant même son entrée à lui, mais tous savaient son histoire, tous savaient ce qu'elle avait causé. Il serra la garde de son épée, il était enfin face à elle, mais il ne pouvait la tuer, il ne pouvait venger ceux qu'elle avait tués. La mascarade ne servait plus à rien, elle avait été traqueuse, elle savait qu'ils ne pouvaient pas la tuer. Il fit signe au démon qui la relâcha.

Puis sans qu'il n'ait vu quoi que ce soit il sentit une douleur fulgurante traverser son corps, il se raidit, puis la douleur cessa, il tomba à genoux au sol. Les fils, il vu le pistolet à décharge électrique, il s'était fait avoir ainsi. Les combats reprirent, il n'eut que le temps de dire à un humain proche de donner l'ordre de retraite, d'une voix plutôt faible, avant qu'on le saisisse et l'apporte à l'écart. Combien de temps dura le combat, il ne le su pas vraiment, mais il furent cinq captifs, les autres morts ou en fuite. Les humains étaient maîtrisés avec facilité, il n'avait pas la force surnaturelle de leur agresseur. Lui et Evans étant maîtrisé par plusieurs.


[je sais que les choses se sont déroulées drôlement vite dans ce post, mais je n’avais plus vraiment d'idée pour un combat ou quelque chose du genre.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mer 12 Mar - 23:19

La situation n'était pas terrible, au moins les combats c'étaient stoppés. Une vampire rentra avec ses grands airs, semblant complétement outrée par la situation. Elle s'avança vers elle et le traqueur en leur faisant bien comprendre que sa mort ne lui importait guère alors qu'elle faisait tout pour faire taire et se calmer Vanir. Une fois ce détail mis au point elle demanda à parler à leur chef, Arbagon s'avança, sans même accorder à Kazahana une seule intention. Cela ne lui importait guère non plus il semblait avoir comprit l'astuce et tentait de trouver comment délier la situation.

Il fit signe au traqueur de la relacher, et un temps record Kazahana fut récupérée par les vampires et emenée un peu plus à l'arrière où son père la prit dans ses bras sans rien ajouter de plus. Quelle réaction inatendue de sa part après les différents événements précédents... La jeune femme n'osait bouger, tous le monde semblait croire à son nouveau retour de ce côté-ci, cela pouvait être profitable ou trop dangereux pour le moment à chambouler.

Arbagon lui semblait préocupé par cette femme, Kazahana n'avait pas tout comprit, il semblait qu'elle fut été une traqueuse et que son nom "la traitresse" impliquait à lui seul tout ce qu'elle avait pu faire. Pourtant tout bascula très vite, son amant tomba au sol complétement démunit et le combat reprit mais ne dura que très peu de temps. Les traqueurs restant furent vite maîtrisés par le nombre bien supérieur de vampires présents dans la pièce. Kazahana ne put bouger, au coeur d'un nombre de vampires du clan, c'était du suicide. Elle espérait seulement qu'ils n'allaient pas les éxécuter sur place et que sa situation, elle ne savait comment, allait pouvoir leur être bénéfique. Les vampires et la femme ne semblaient pas savoir ce qu'ils allaient faire d'eux, Kazahana espérait en tout cas, rien de grave mais ils étaient à présents prisonniers, et elle savait ce que la Lune Rouge réservait à ceux-ci d'autant plus qu'ici ils étaient des traqueurs, leurs plus grands énnemis. La jeune femme se dégagea du groupe et se planta devant cette femme :

"Qu'allez vous faire d'eux ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akazome Nagasaki
Dirigeante de la Lune Rouge
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 25
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Sam 15 Mar - 16:38

Elle ne voulait pas prendre de chances, alors quand les combats reprirent, elle usa de son fusil électrique pour maîtriser se démon qui les dirigeait. Enfaîte, elle avait eue une idée, elle voulait en maîtriser quelques uns et se monter une petite troupe d'élite pour faire des travaux qu'elle n'osait pas confier à ses petits vampires incompétents qu'on lui donnait. Elle fit signe de le retirer dans un coin et de le tenir sous contrôle, laissant le combat se dérouler sans y prendre part. À la fin, cinq avait été capturé, les autres morts ou enfuit. Elle regarda ses prisonniers, fière de les voir se débattre sans parvenir à rien, un sourire prit naissance sur son visage devant la puissance qu'elle avait sur eux.

"Qu'allez vous faire d'eux ?"

Elle regarda la vampire qui venait de lui poser la question, celle qu'ils avaient pris en otage. Regardant les alentours, elle pu voir l'autre jeune femme qu'elle cherchais. Les humains seraient aisés à maîtriser et corrompre, c'était une race qui voulait le pouvoir, mais le démon et le vampire ... il fallait leur faire comprendre. Elle savait que le vampire était le fils d'une famille très impliquer dans l'ordre, sa soeur était justement entrain de venir vers elle. Le démon, si elle se fiait au rapport qu'on lui avait fait, ce serait lui qui avait été l'amant de la vampire devant elle. Inquiétude ou vengeance qui motivait cette question? Elle verrait bien.

" Les soumettre et leur faire comprendre que maintenant ils travaillent pour le Lune Rouge. De tels combattants seront une aide précieuse, mais ne t'inquiètes pas, tu pourra venger les tords qui t'ont été fait. "

Elle détourna le regard et passa à côté de la jeune Camarilla pour se rendre devant les traqueurs. Les humains avaient compris, ou n'avaient plus d'énergie, qu'il valait mieux ne pas se débattre, mais les deux autres, elle fit signe aux vampires qui les retenaient et une décharge électrique, voltage et ampérage calculer spécialement pour leur résistance surhumaine, les parcoura. Ils semblèrent se calmer immédiatement.

" Bon, maintenant que vous semblez assez calme pour m'écouter, voilà la suite. Vous êtes à moi et servirez la Lune Rouge désormais. Pas envie, je m'en doute, mais imaginer seulement la gloire que vous aurez parmi nous, le pouvoir dont vous disposerez, aucune limite, pas de contraintes ... "

Les humains ne réagirent pas comme elle aurait voulu, sûrement leur entraînement qui leur empêchait de craquer, mais elle avait confiance que cela finirait par arriver un jour.

" ... et puis parce que vous pourriez en souffrir de provoquer des conséquences en vous rebellant. Toi, fils des Fanrell, Evans il me semble, jamais tu n'aurais dû t'écarter du chemin qui t’avait été inculqué. Une personne que tu as abandonnée derrière toi est présent ici, mais tu l'as déjà remarqué, il y a longtemps que tu n'avais pas vu ta soeur n'est-ce pas? Et toi petit démon, tes exploits font de toi le guerrier parfait pour nous, je crois que toi aussi tu connais quelqu'un ici. Mais si j'ai bien compris, tu lui as fait tord, pas surprenant de la part de ta race. "

Un grognement répondit à ses paroles. Elle ne voyait pas son visage, mais elle pouvait sentir le regard meurtrier qui était sur elle. Elle eu un sourire provoquant, mais pas de réaction de sa part. La suite serait pourtant plus amusante, elle ne laisserait pas croire à ces deux imbéciles qu'ils pouvaient être supérieur à elle, elle les abaisserait à leur juste place. Akazome se retourna vers les deux jeunes vampires qui attendaient. Elle alla vers Kelly, la soeur d'Evans, lui présentant un couteau.

" Il t'a abandonner, laisser seule dans ce monde où tu lui avait demandé de t'accompagner, brisant sa promesse. Il ne t'a jamais redonné signe de vie, voilà l'occasion de te venger de cela, morsure ou couteau, mais il doit rester en vie. "

Akazome avait un pouvoir absolu sur elle, il avait fallu longtemps pour lui faire ... un petit lavage de cerveau ... et la retourner contre son frère, mais elle avait réussi. Elle avait réussi à faire penser à Kelly que son frère l'avait laisser alors qu'il avait eu la chance de l'apporter, ce qui n'était pas faux, mais pas vrai non plus. Aujourd'hui la haine dévorait la petite et la rage émanait d'elle de façon perceptible. Puis elle rejoignit Kazahana, lui présentant à elle aussi le couteau, se disant que ce que celle-ci devait nourrir à l'encontre de la personne qui l'avait fait souffrir, son ancien amant, serait suffisant pour la faire humilier le démon et lui faire comprendre qui menait. Et de plus, on verrait enfin si elle ne jouait que la mascarade et ne le ferait pas ou si elle était vraiment revenue dans le chemin qui convenait à son sang et sa race.

" Même condition que Kelly, couteau ou morsure, mais je ne veux pas qu'il meurt. L'occasion de te venger de la douleur et la peine qu'il ta fait alors qu'il se disait ton amant, la souillure qu'il a laisser sur toi et l'écart qu'il ta fait faire pour profiter de ce qu'il obtiendrait de toi. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Sam 15 Mar - 17:16

Il tentait de se libérer, sans réussite, ils étaient trop. Evans aussi ne pouvait pas, ses compagnons humains n'ayant plus d'énergie devant celle surhumaine de leur adversaire. Il vu Kazahana se diriger vers La Traîtresse, il fut soudainement prit d'une crainte, elle devait faire attention, elle ne devait pas montrer de craintes pour lui, pour que les autres pensent qu'elle était de nouveau avec eux. Seulement, il ne pouvait rien dire, seulement espérer, voyant que les choses ne semblaient pas si mal finalement. Il ne pouvait pas sentir la nouvelle arrivante, elle lui faisait une impression des plus désagréable.

Il entendit les paroles, soumettre, travailler pour la Lune Rouge! Jamais! Il aurait bien sauté au visage de la vampire, mais on le retenait. Il sentit la prise être abandonner, mais avant même qu'il ne bouge, un violent choc électrique le parcouru à nouveau. Il ne pouvait même pas crier, ses muscles étaient complètement paralyser. On le ressaisit de nouveau et la vampire approcha. Il remarqua qu'une autre vampire avait rejoint Kazahana, il comprit quand La Traîtresse parla, il fut satisfait de voir ses compagnons humain résister à ses promesses, mais ce qu'elle leur dit à Evans et lui n'était guère réjouissant. Quand elle lui parla de Kazahana il grogna et savait que son regard se faisait plus que menaçant, il ne pouvait supporter ces dernières, mais fit un grand effort pour ne rien faire.

La soeur de son ami ne prit pas le couteau, elle s'avança avec un regard furieux, Evans ne tenta même pas de la raisonner, tous savaient que c'était voué à l'échec. La jeune vampire s'arrêta devant lui et s'agenouilla pour lui découvrir le cou. Arbagon ressentit un vague malaise devant la scène, elle allait mordre un autre vampire? Il ne doutait pas que la souffrance serait grande pour son ami, mais il ne pouvait fermer les yeux. Un petit cri fusa quand les deux crocs s'enfoncèrent dans la peau et les muscles, un frisson parcouru son être en entier, les rires qui animèrent la pièce faisait monter la colère qu'il ressentait. Après un certain moment, la jeune femme s'arrêta et se releva pour retourner vers la dirigeante. Il regarda Kazahana dans les yeux, se préparant à perdre le masque sur son visage.

* Soit forte, fait le, car sinon c'est la fin à tous les deux. Je t'aime tant, la souffrance ne sera rien à côté de cela, soit forte. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Lun 17 Mar - 0:56

Pouvoir se venger ?! Cette femme était vraiment affreuse. Et les soumettrent à la Lune Rouge. Comment pensait-elle les obliger à changer radicalement leurs convictions. Une autre jeune femme s'approcha, celle-ci Kazahana l'avait déjà vue. C'était la fille de la famille Fanrell. Un mauvais frisson lui parcouru l'échine. Celui qui c'était présenté à elle plus tôt et qui lui avait remit ses dagues en venant de la part d'Arbagon c'était présenté comme un Fanrell et il était justement là, au sol. Cela ne laissait rien de bon se présager.

Akazome lui proposa un couteau ou de mordre son propre frère par vengeance. Non elle ne pouvait pas... C'était son frère !! Kazahana n'en revenait pas, c'était une torture, comment pouvait-on avoir une telle rancoeur vis à vis de quelqu'un de sa famille. Bon certe, finalement elle n'était peu être pas la mieux placée pour juger sur ce point, mais elle n'aurait jamais osé faire cela. Kazahana n'avait qu'une seule envie, l'empêcher et la pousser du cou de ce pauvre vampire qui devait souffrir le martyr. Seulement si elle intervenait, elle révélait la supercherie et risquait de mettre tous le monde encore plus en danger. Akazome avait bien spécifié qu'elle voulait les garder vivant. La scène s'acheva, Kazahana regarda la fille Fanrell avec mépris, cela se voyait parfaitement qu'elle était complément soumise à l'autre femme.

La donne changea quand Akazome s'approcha cette fois de Kazahana en lui proposant la même chose. Que pouvait-elle bien faire ? Il était hors de question qu'elle lui fasse du mal, ni avec un couteau et encore moins en le mordant ! Seulement elle n'était pas en position de négotier, cette fois personne ne pourrait assurer dérrière puiqu'ils étaient tous en de plus mauvaises postures qu'elle. Et Arbagon... Il était là, elle savait qu'ils avaient convenus de ne révêler leurs véritables intentions, mais pas à ce prix là, surtout si c'était elle qui devait lui faire du mal. Ca elle ne le pouvait pas, même à ce prix. Au pire elle grillait tout et son sort ne serait pas différent du sien.

Cela faisait quelques temps qu'elle était perdue dans ses pensées, Akazome soupira pour gentillement la rapeller à l'ordre. Ses états d'âme n'avaient pas lieux d'être si elle était vraiment ce qu'elle prétendait être. Elle prit le couteau d'une main à peine tremblante pour ne pas que celle qui le lui tendait s'en rende compte. Il fallait qu'elle y arrive, elle n'avait pas d'autre choix si elle voulait qu'il s'en sorte tous. Elle s'agenouilla auprès de celui-ci. Il la regardait dans les yeux. Ce qui n'allait pas lui faciliter la tâche. Elle appuya le bou de la lame au milieu de sa poitrine, avant de la faire glisser sur environ dix centimètres en de son côté droit pour finir au dessus du coeur. La jeune femme n'avait pas creusé un profond sillon, mais le sang dégoulinait et le moment n'avait pas du être agréable même si Arbagon n'avait pas bronché. Elle se releva arborant un air presque indifférent, d'apparence seulement, intérieurement elle s'en voulait d'avoir eu à recourir à ce genre de méthode. Il ne fallait pas que tout foire ici, que son amant n'ai pas souffert pour rien. Elle laissa tomber le couteau aux pieds d'Akazone en lui diant droit dans les yeux :

"Vous me feriez presque pitiez avec vos méthodes, comme si une simple balafre ou une morsure pouvait éffacer ce genre de choses ! Cela sera bien pire pour lui de devoir servir sous vos ordres. Je n'étais qu'un moyen d'aborder le clan pour lui, le faire souffrir de cette façon ne m'apporte aucune sactifaction. Désolée de ne pas être autant sadique que votre personne..."

Voila, elle n'était à la limite de rien et avait au mieux sauver les meubles, pour l'instant. La soirée n'était pas finit et Kazahana sentait bien qu'Akazone n'allait pas la laisser bien longtemps tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akazome Nagasaki
Dirigeante de la Lune Rouge
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 25
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mer 19 Mar - 0:46

Sa domination sur Kelly était totale, elle se régala purement de la voir se diriger vers son frère, qu'elle avait autrefois aimer plus que quiconque, avec qui elle avait fait nombre de promesse. Elle avait prit avec énormément de peine son départ, facile à manipuler par ce fait. Kelly mordit son frère, le cri du traqueur ne la dérangeant nullement, elle se délecta de la scène avec un plaisir intense, les rires des ses inférieurs donnant l'effet qu'elle voulait, humiliait les deux êtres surhumains, pour leurs faire comprendre qu'il devait se soumettre. Elle fit un signe satisfait à Kelly quand elle revint, la perte de sang que le vampire avait subit l'avait tranquilliser un peu beaucoup.

Elle ne fut pas surprise que la jeune Camarilla choisisse le couteau. Elle s'était renseigner sur elle, elle n'avait jamais aimer mordre avant de le connaître, pourquoi cela aurait-il changer maintenant? Que lui ferait-elle subir? Quelle serait la cible de la lame? Un bras, le torse, le cou, les lèvres? Un univers de possibilité s'offrait à la jeune vampire, elle fut un peu déçue de la simplicité, mais c'était tout aussi efficace. Du sang coulait, bien évidemment, les cinq hommes furent apporter hors de la vu des vampires, où la blessure de ce démon serait recousu, bien qu'il ne semblait pas avoir manifester douleur. Peut-être ne voulait-il pas que son ancienne amante le voie faible? Qui savait.

Akazome ne s'était pas du tout attendu à ce qu'elle lui réponde cela. Un sourire macabre illumina son visage un bref moment, les vampires qui la connaissait et qui l'aperçurent sourire ainsi, retournèrent à leur occupation. Seulement servir sous ses ordres, elle préférait donc la souffrance psychologique, une douleur plus difficile à maîtriser, mais qui devenait comme un poison incurable avec le temps, elle commençait à lui plaire cette petite. Le nombre de personne ici ne la disposait pas à aborder le sujet, elle aurait mieux aimer être seule à seule avec Kazahana, elle regarda son bureau qui se trouvait être vide.


" Suis moi "

Elle ne prit pas la peine de s'assurer que cette dernière la suivait, elle n'avait pas le choix vu le contexte, si elle refusait elle se donnait des problèmes qu'elle ne voulait même pas connaître. Elle se dirigea vers son bureau sans presse et entra, fermant la porte après que Kazahana soit entré. Elle alla s'asseoir, de façon convenable bien que confortable, ses yeux s'ancra dans ceux de celle-ci, fouillant les tréfonds de son âme, sans que ses pupilles bouge pour autant.

" Donc la souffrance physique ne peux apaiser ta douleur et ta haine ... mais la douleur de l'esprit semble être plus efficace selon toi. Bien sûr, le déshonneur de travailler pour son ennemi pour un traqueur est immense, mais je pourrais le faire souffrir encore bien plus, le faire craquer lentement. Seulement, il y a des connaissances que seule toi connais, qui pourrait m'être grandement utile, et que j'aimerais bien que tu m'apprennes. Ne t'en fait pas, tu ne regretteras pas ce que tu me communiqueras. "

Un sourire d'un plaisir profond et malicieux ornait son visage. Terrifiant? Non, elle avait charmer nombre de personne malgré ce dernier, seulement un indice de ce qu'elle aimait bien, montrant bien que de briser le démon et avoir une prise de fer sur les cinq prisonniers seraient une jouissance exquise pour elle. Aucun ne tiendrait indéfiniment, il finirait tous par succomber, ce n'était qu'une question de temps.


Dernière édition par Akazome Nagasaki le Jeu 20 Mar - 4:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mer 19 Mar - 4:40

* Sois forte, n'abandonne pas maintenant, souffrir n'est que dérisoire, tu le sais, tu me connais, n'as tu donc pas confiance en moi? Ne me crois tu donc pas capable d'accepter ce que tu fera, même se cela devait être le pire calvaire de ce monde! Nous avions un accord, ne le rompt pas, sois forte, sois forte. *

Elle hésitait, pourquoi? Non, elle ne devait pas, tout allait rater, elle devait vouloir se venger de ce qu'il était. La jeune vampire avait fini avec Evans, il savait que la honte et la peine pesait plus que la douleur sur lui, se faire ainsi mordre par sa soeur, qu'il aurait jadis et encore maintenant sauver au prix de sa vie. La haine dont elle avait fait preuve, Kazahana qui hésitait, l'humiliation, tout était fini, une envie de tout détruire lui prit, de se rebeller et de mourir dignement au combat. Il serra les dents, voyant que La Traîtresse s'impatientait légèrement. Au fond de lui il avait hâte de finir et de terminer ce rabaissement public, ce moment déshonorant au plus au point.

Puis elle prit enfin le couteau, il s'en doutait, elle n'aimait pas du tout mordre. Il ne ferma pas les yeux, ne broncha pas, on lui laissa même le visage masquer, parfait. Ses chairs s'ouvrir aisément, le sang coula un peu, mais il ne fit rien, pas un geste, il n'en avait pas envie. Comment faisait-il? L'esprit offrait une grande protection si on savait l'utiliser, se cacher dans ses méandres rendait les choses bien moins douloureuses. La lame remonta vers son coeur, elle jouait bien le rôle, bien qu'il commençait à se demander ... non il avait pleinement confiance en elle. Les dents toujours serrer, il expira quand la lame quitta sa peau, Kazahana repartant, il aurait voulu, tant de chose, qui n'était pas possible. Les paroles de sont amante résonnèrent pendant qu'on le traînait plus loin, on ne laissait même pas marcher, mais en avait-il la force? Non, la douleur de son torse était trop importante.

Puis on enferma les cinq hommes dans une pièces, un chambre assez grande pour tous, lui on l'étendit sur un lit, un vampire prit une aiguille et du fils. " Dommages de gaspiller ce sang. Si la dirigeante nous laissait un peu de liberté. " Une douleur lui piqua juste en haut du coeur, on le recousait, pourtant il ne ressentait aucune reconnaissance envers les membres de la Lune Rouge. Qu'allait-il lui arriver, qu'allait-il arriver à ses hommes, à lui et Kazahana et son amante aurait-elle le crédit de son rôle? Tonnes de questions sans réponses et qui le resterait probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mer 19 Mar - 23:11

Akazome lui demandait de la suivre, à priori elle n'avait pas trop le choix. Celle-ci partit devant, laissant quelques secondes pour permettre à Kaza de voir que les membres emmenaient les prisonniers. Arbagon ne marchait pas, elle espérait seulement qu'elle n'en avait pas fait trop et que cette blessure se remettrait vite. Ses sentiments ne devaient pas interférer. La jeune femme les roufoula au plus profond d'elle quand elle arrive devant cette femme, qu'elle destestait il fallait bien le dire et qui la regardait dans les yeux.

La souffrance psychique, casser les traqueurs, elle ne cherchait donc que cela et semblait déjà s'en délecter à l'avance. De plus elle voulait son aide ! Et puis quoi encore, comme si elle allait lui donner le moyen de faire flencher son amant encore plus rapidement. Non, elle allait certe lui donner des informations, lui faisant croire pour cela qu'elle allait être en pocession de choses importante pour lui, mais dans la réalité il en serait tout autrement.

"Savoir, et quoi donc ? Arbagon est un démon et j'ai eu tors de penser le contraire de ce que l'on raconte sur eux. Il est froid et distant, ne cherchant que ce qui va pouvoir lui servir pour ses quêtes. Vous voulez des détails, même lorsque nous étions tous les deux, c'est moi qu'il faisait parler pour en apprendre sur tout cela. Mes questions ? Il les éludait rapidement. je ne connais rien de lui. Il a eu une enfance difficile en vue des nombreuses marques sur son corps qui ne sont pas des cicatrices de batailles..."

Que pouvait-elle trouver d'autre qui concorde à leur situation sans qu'elle ne donne à ce monstre de quoi pouvoir user d'une pression psychologique. Pour le moment Akazome se contentrait de cela. Kazahana lui tourna le dos faisant mine d'être rancunière envers elle et envers lui, pour ces 'pseudo' accusations envers son amant. Elle était crédible dans son rôle, faisant mine d'être une jeune femme trompée et abusée. Ce qui pour une personne extérieur comme Akazome était un déroulement à son comportement logique. Elle se retourna brusquement :

"Il n'est attaché à rien et j'ai eu tors de croire que cela serait différent avec moi... Je n'étais qu'un instrument comme vous l'avez si bien souligné. Laissez moi le voir, en privée et lui faire subir de légères remontrances, en privée bien sûr. A moins que vous n'ayez encore des doutes sur moi comme c'était le cas au début de cette soirée vue les moyens par lesquels je suis arrivées et qui étaient déployés pour moi... Si c'est toujours le cas laissez nous avec Nathan, si je dérape il se fera un réel plaisir de le tuer et de me tuer, vue ce qu'il nous reproche au sujet d'Azazel mon défunt frère... Je préférerais tout de même en privée, j'ai quelques sujets qui sont assez discrets sur lesquelles j'ai besoin de me délivrer. Qu'en pensez vous ?"

Kazahana en demandait peut être un peu trop, mais il fallait qu'elle arrive à voir Arbagon, il aviserait ensuite, au moins juste pour s'assurer qu'il aille bien. Elle avait besoin de savoir qui pouvait à l'extérieur leur venir en aide, ils n'avaient tout de même pas envoyé toutes leurs forces. Bref elle aviserait à ce moment là déjà il fallait que ce monstre accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akazome Nagasaki
Dirigeante de la Lune Rouge
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 25
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Jeu 20 Mar - 4:30

Ses yeux ne reflétaient pas grand-chose qui pouvait lui être utile, malgré la haine et la vengeance qui l'habitait, elle restait difficile à percer à jour, la psychologie de la vampirette était complexe. Son sourire heureux ne la quittait pas, elle écoutait les paroles de la Kazahana. Elle avait été ma foie très naïve! Croire qu'un démon ne pourrait ne serait-ce que ressentir la moindre parcelle d'amour pour une vampire! Une démone oui, mais une vampire, définitivement non. Froid et distant, c'était propre au traqueur, cela ne la surprenait guère. Elle ne savait rien, elle avait parlé, alors que lui n'avait rien dit, l'amour rendait effectivement aveugle, Akazome en avait la preuve devant elle. Pour ce qui était des marques, elle vérifierait plus tard, chose sûr, il en avait une de plus qu'il se souviendrait un moment.

" Je vois, tu ne l'as donc pas assez côtoyé pour le connaître réellement. Je suis désolée pour toi, ce démon ne méritait pas une vampire, déjà l'honneur était trop grand, mais tu devrais aller voir ton frère Théophile, il pourrait de présenter des hommes de notre race qui te comblerait vraiment et aimerait la personne que tu es, non ce que tu leur rapporteras. "

Elle connaissait les membres de la famille Camarilla, c'était son travail de savoir qui travaillait pour elle et ce qu'ils étaient. Il y aurait certainement un jeune homme qui pourrait plaire à la jeune Kazahana, c'était certain et celui-ci lui permettrait de rester sur le bon chemin. Elle lui tournait le dos, une jeune femme heurtée dans son amour propre, après avoir été discréditée et abusée par son amant. C'était dommage qu'elle est à vivre cela, mais rare étaient les hommes qui pouvaient réellement prétendre ne pas utiliser leur femme ou être fidèle. Quand elle se retourna, Akazome faillit avoir un sursaut, mais elle ne montra pas le moindre signe de faiblesse devant Kazahana. Le voir en priver, avait-elle finalement envie de le faire souffrir? Se venger d'abus qui avait été fait à son esprit ou son corps? Elle pouvait bien lui faire confiance, après tout, elle semblait réellement en vouloir à ce démon.

" Je peux bien permettre à ce que tu le rencontre en privé, si tu veux user de méthode plus personnelle, alors je ne t'empêcherait pas de racheter ton honneur. Si jamais par contre tu t'avisais à retomber dans son piège ou faire quoi que soit en sa faveur, que ce soit un accident ou non, alors tu ne pourras que trouver des problèmes comprends bien cela. Si jamais il devient trop menaçant, alors tu n'as qu'à venir me trouver ici et je m'occuperai de le remettre à sa place de simple servant. "

Elle donna les indications à la vampire pour se rendre à une salle inutilisé du manoir, lui assurant que des gardes de la Lune Rouge apporterait le prisonnier à cet endroit, puis la laisserait en paix jusqu'à ce qu'elle reviennes la voir elle. Durant un moment elle hésita à lui demande ce qu'elle lui ferait subir, se disant que cela n'était peut-être pas une chose sont elle avait envie de parler à quelqu'un, car faire souffrir une personne ne voulait pas dire qu'on pouvait en parler ouvertement sans difficulté. Quand elle fut partit, elle appela deux membres fiables et qui seraient capable de remplir leur tâche pour aller chercher le démon captif.

(Je passe Arbagon, il arrivera dans la pièce quand tu y sera, enfin, si sa te cause pas problème)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Ven 21 Mar - 0:43

Il fallait pas qu'elle se laisse emporter par cette réponse. Akazome avait accepté qu'elle voit Arbagon et seule ! Que demander de plus, il fallait juste qu'elle fasse attention.

Par contre sa haine contre cette femme ne cessait d'augmenter. Aller voire son frère pour qu'il lui trouve quelqu'un qui s'occupe d'elle. Et puis quoi encore. Un vampire, de la Lune Rouge en plus. pour qu'elle devienne une jeune femme soumise à cet homme. Certe elle ferait peut être le bonheur de l'un deux, juste de par son non et sa ligné. Mais son bonheur à elle ? Un point sur lequel elle divergeait avec les autres jeunes femmes.

Bref, de plus cette femme lui indiquait comment se rendre dans une des pièces de SA maison, là où elle avait passé tant d'heures. Qu'elle idiote. Kazahana sortit de la pièce sans même la remercier de son acte. Elle traversa le manoir pour rejoindre la pièce qu'elle lui avait indiqué. C'était une pièce qui servait de salon de lecture ou juste de réception pour des personnes plus privées. Normalement personne ne devait venir les déranger, lui laissant le temps de voir Arbagon et de traiter de tous ce dont quoi ils devaient traiter. Et au moins juste pour l'avoir prêt d'elle et savoir qu'à ses côtés, les autres ne lui feraient rien.

Le manoir était encore très animé. Elle n'avait pas eu de nouvelles de Nathan d'ailleur, celui-ci devait être occupé à poursuivre les derniers traqueurs et regler l'après bataille. Son père lui de son côté avait du se retirer dans son grand bureau et devait être entrain de voir avec d'autres chefs de la Lune Rouge les affaires urgentes. Elle c'était appuyée sur le rebord d'une des grandes fenêtres, prêt du rideau en velour foncé et laisser son regard se perdre sur la forêt autour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Ven 21 Mar - 14:57

Les vampires avaient pris leur temps pour finir leur travail, trop à son goût, mais il ne pouvait rien faire, le manoir était rempli de gens qui pourrait les remettre à leur place en cas de besoin. Les autres traqueurs parlaient, se reposaient sur les lits qu'on leur avait laissés, regardaient les deux vampires avec l'envie évidente de les tués ou simplement laissaient le temps passer. Quand tout fut fini, on le laissa sur son lit et repartit, il ferma les yeux pour prendre un peu de repos, Kazahana allait-elle bien? Question qu'il tournait et retournait dans sa tête. Il aurait aimé la savoir hors de tout danger, mais avait-elle pu tenir son rôle?

La porte s'ouvrit et deux autres membres de la Lune Rouge, visiblement plus habituer et plus organiser que les autres, entrèrent dans un silence qui n'était pas habituel à leur ordre. Sans savoir pourquoi, il ne fut pas surpris quand on se dirigea vers lui, mais il n'avait pas envie d'être déranger. Quand on lui saisit le poignet, il se défit de l'agrippement, les deux arrivants le regardèrent visiblement mécontent. Il fut prit par le collet, décider à en pas leur laisser la vie facile, il frappa le premier, mais on coup derrière la tête lui fit comprendre qu'il avait affaire à des personnes plus expérimenter qu'il ne le pensait. Non, il valait mieux ne pas trop se rebeller, un affrontement avec eux ne lui apporterait que des ennuis après et à ses confrères aussi. Il se laissa lier les mains et suivit les deux gardes sans leur causer d'autre ennui.

On le conduit dans une pièce, il ne retenu pas le chemin pour y aller, où une silhouette attendait sur le bord d'une fenêtre. Et toujours aucun commentaire ou sarcasme de la part des vampires, inhabituel, c'était des hommes entraîner. On prit une autre corde pour attacher ses mains au mur, mais il n'était strictement pas question qu'il accepte cela, mais les mains liées. Il résista, sans entamer de confrontation, mais ses gardes n'étaient pas très patient, un coup de poing au ventre, il se cambra pour absorber le choc, mais un coup de genou suivit, son menton douloureux. Ainsi sonner, il ne pu que se laisser attacher, maintenant relier les mains au mur, au dessus de la tête, presque aucune possibilité de mouvement. Les deux vampires partirent de la salle le laissant seul avec la personne qui était là au début. Kazahana, il la reconnaissait, mais n'osait pas trop parler, il ne savait pas si quelqu'un était caché ou si c'était dans un but précis qu'elle avait fait en sort qu'il se rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Dim 23 Mar - 0:01

La porte s'ouvrit, deux vampires trainant Arbagon entrèrent. Kazahana ne bougea quasiment pas, elle était censé tenir le rôle de celle qui voulait lui faire payer l'affront qu'il avait commit. Si elle s'interposait à ce qu'ils lui faisaient subir elle perdrait le peu de crédibilité qu'elle venait de gagner. La jeune femmese promit de leur faire payer ce qu'ils étaient entrain de faire à son amant. Ils sortirent. Elle se retrouvait maintenant seule avec lui. Elle ne savait pas tellement quoi lui dire et il ne l'aidait pas vraiment.

Kazahana se décida à bouger, elle se dirigea vers lui et le détacha du mur. Arbagon tomba sur le sol, il ne semblait pas dans son meilleur état, quoi de plus logique vue ce qu'il subissait depuis quelques heures. Elle s'agenouilla à ses côtés et lui prit les poignets pour en défaires les liens. La jeune femme cherchait ses mots pour qu'ils soient les plus appropriés au moment. D'une petite voix elle lui dit :

"Je suis désolée pour tout cela et pour tout ce qu'ils te font subir et que je t'ai fait subir... Il faut que tu saches que cette femme, Akazome en a après toi et les quatres autres. Elle ne veut pas simplement vous faire travailler pour elle. C'est une sadique et même pire que cela, elle veut vous faire souffrir, et pour cela elle m'a demander si je pouvais lui donner des renseignements sur toi pour le faire. Arbagon je ne pourrais pas tenir le masque de celle qui t'en veut bien longtemps surtout si ils te maltraitent. Je ne peux pas laisser faire indéfiniment. Il faut que tu me dises si quelqu'un peut nous venir en aide pour que je vous fasse sortir d'ici... Je ne veux pas qu'il t'arrive d'avantage de malheurs..."

C'était difficile à dire, comment savoir ? Il lui en voulait peu être de l'avoir 'écorché' et puis pour tout cela... Kazahana osait à peine poser ses mains sur lui de peur de lui faire encore plus de mal. Il ne bougeait et n'avait encore dit un seul mot depuis que les deux autres étaient repartit.
Elle s'adossa à côté d'Arbagon contre le mur, assise en tailleur la tête contre le mur... Même si elle aurait aimé le prendre dans ses bras et pouvoir l'embrasser en lui montrant d'avantage toute l'angoisse qu'elle avait ressentit pour lui. Pourquoi la soirée n'avait-elle pu se dérouler plus simplement, même si ce terme n'était pas approprié puisqu'il était inévitable qu'il y ai un gagnant et un perdant. Comment se serait-elle déroulé si cela avait tourné à l'avantage des traqueurs ? Certainement mieux pour Arbagon, c'était la seule certitude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Lun 24 Mar - 5:00

Fatigue, douleur, blessure et étourdissement passager, tout cela le conduisait dans cette état d'incapacité qu'il haïssait énormément. Il se contentait de regarder vaguement Kazahana, il ne voulait pas faire un faux pas qui attirerait des ennuis, elle avait peut-être accepté qu'on l'observe et l'écoute pour avoir le droit de le voir. Peut-être quelqu'un était-il ici hors de sa vue ou simplement voulait-elle lui parler d'une chose précise, dont il détournerait le sujet inutilement. Il aurait voulu la tenir contre lui, comme il y avait deux jours, dans la forêt, le dernier moment agréable qu'il avait eu avec elle. Maintenant il était apporter et laisser à elle comme un simple serviteur, sa fierté ne pouvait être plus atteinte pour le moment.

Elle s'approcha, il sourit légèrement en sentant les cordes se défèrent, ses bras étaient enfin libre et ne devait plus supporter son corps. Il était rendu à genoux, dos contre le mur, tête pencher vers l'avant. Des doigts fins et agiles s'occupaient déjà de ses poignets, il fallait prier qu’on n’entrerait pas pour le voir détacher. Pourtant elle semblait éviter les contacts, mal à l'aise dans le fait qu'il soit devant elle. Ce qui se passait échappait aux contrôles des deux et cela leur déplaisait énormément, ce devait être la source de cette distance. Il écouta les paroles de son amante, de l'aide. Non, il n'en aurait pas avant un certain temps.


" Ne t'en fais pas, tu as fais ce que nous avions convenus, ensemble, alors ne t'en veux pas pour cela. Ce que ces chiens me font subir n'est pas de ta faute en aucun cas, ce n'est pas à toi de te le reprocher. Cette Akazome, connu sous le nom de La Traîtresse pour nous, ne me surprend même pas par ces gestes. Il y a 418 ans environs, elle s'est retourner contre ses propres coéquipier traqueurs et nous a empêcher de détruire ce clan vampire quand nous en avons eu la chance. Pire encore, elle les dirige maintenant en sachant énormément de chose sur nous. Que tu l’aides ou non, que tu veuilles l'arrête ou non, elle nous fera souffrir.

Ce rôle n'est pas facile, je suis désolé de te laisser porter cela, je suis désolé d'avoir échouer. Malheureusement si notre tentative à échouer, nous n'aurons pas de renfort ce soir, c'est certain. Pour les autres jours, je ne pense pas non plus, nombre des miens ont du être blesser, gravement de plus, un taux de mort assez élever aussi. Nous savions les enjeux, nous savions que nous n'avions pas de porte de sortie, les autres sont aussi mal traités, mais nous le prenons tous du mieux que nous le pouvons. Je suis navré de te dire que tu devras attendre, probablement être spectatrice à cela, mais si jamais tu voulais partir, tu sais ou trouver mon ordre. Tu n'auras qu'à te présenter sur le terrain et dire les quelques mots suivant : ‘ La protection du loup à été payer par le sang sur son pelage.’ Ils seront que tu n’es pas une ennemie et tu ne courras pas de risque. C'est le mieux que je puisse pour le moment, mais n'espère pas trouver de renfort là-bas, même le vétéran ne pourra être convaincu à cette cause. "


Il était toujours dans la même position, il savait que ce n'était pas lui qui portait le plus difficile, que ce n'était pas lui qui devait voir la souffrance qu'on infligeait à la personne aimé. Sa main alla sur la cuisse de Kazahana retrouver sa main. Doucement il la serra dans la sienne, emmêlant tranquillement ses doigts avec les siens. Il sentit la bague dans ses doigts, il avait toujours le collier dans sa ceinture, il eu un soupire, pourquoi? Il ne savait pas, il était heureux simplement de voir qu'elle avait encore l’anneau. Il aurait voulu ...tellement de chose, les dernières heures avaient été si rudes.

Il n'aurait cependant pas d'aide de l'extérieur, quand les quatre puissant, un par race, avait créé les traqueurs, ils avaient fait l'erreur de laisser cela ouvert à la vue et en faire des gardes dans les villes, ce qui avait fini par presque coûter l'existence de l'ordre après quelques siècles. Maintenant les traqueurs n'étaient plus que fantôme et ombre, assassin et défendeur mystérieux. On ne pouvait aider aucun de ces derniers. Et puis quant à Akazome, Kazahana savait maintenant à quoi s'attendre. Cette femme savait la mentalité et les penser des traqueurs, elle en avait été une avant. Elle les ferait souffrir, c'est pour sa qu'il craignait pour elle, qu'elle se découvre en ne pouvant plus endurer de le voir lui ainsi.

C'est d'ailleurs pourquoi il lui avait donné les indications pour aller chez les traqueurs, il ne faisait confiance qu’a eu pour la protéger. Bien sûr, la vie ne serait pas la meilleure là-bas, même si elle serait placée dans les quartiers réserver aux personnes qui ne faisait pas partie de l'ordre. L'agitation constante, le fait d'être surveiller sur le terrain de l'ordre, d'être en plein milieux d'être comme lui. Il ne savait pas vraiment quoi faire de plus pour l'aider si jamais il y avait problème, que de lui donner cet exil, mais il savait déjà qu'elle n'aborderait pas cette solution avec le plus grand enthousiasme. Il resserra un peu sa prise sur la main de Kazahana, pas beaucoup vu qu'il n'était pas à son meilleur, il releva la tête et laissa son capuchon tomber pour la regarder dans les yeux.

Ses yeux était rouge sang, il ressortait encore plus que d'habitude, ses pupilles semblaient même avoir diminuer pour laisser placer à cette couleur. Ses ailes membraneuses qui flottaient dans le vide bougèrent tranquillement. Une membrane caressa doucement son doux visage, puis les cinq passèrent autour d'elle comme un bras l'aurait fait.


" Fait attention à toi s'il te plait, je t'aime tant. Cette femme, tu l'as dis toi même, es plus que sadique, si jamais elle venait à jeter son dévolu sur toi ce serait terrible, je vais être honnête, j'ai peur, peur pour toi. Moi elle me gardera en vie, elle à besoin de moi, mais toi? Qu'es-tu pour elle? Rien, je ne veux pas avoir à voir ton corps sans vie. L'exil chez les miens, si La Traîtresse venait à avoir une dent contre toi, prend le. Je sais que pour le moment c'est moi qui est dans la position la plus délicate, ma douce mon corps peux endurer tout cela, ne t'inquiètes pas, prends soin de toi, car j'aurai besoin de toi je le sens. Tu peux toujours aller voir Nomia si tu sens le besoin de parler, elle t’écoutera, mais elle ne pourra pas m'apporter de l'aide, c'est sûr. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Lun 24 Mar - 23:49

Il finit par répondre, pour lui dire qu'elle n'avait rien fait de mal. Et pour lui dire qu'il n'y aurait personne qui viendrait les aider. Se contentant en plus de lui offrir l'asil des traqueurs. Comment pouvait-il croire qu'elle accecpterait de pouvoir partir sans lui et de fuir cette situation ! En réalité, elle le réalisait maintenant cette mission n'avait été ni plus ni moins qu'un suicide, ils c'étaient jetés dans les bras de l'ennemis et allaient fortement en souffrir si pas même en mourir.

Arbagon chercha sa main et la serra dans la sienne. Kazahana ne bougea pas savourant presque le moment. Un moment qui semblait être destiné à ne pas se reproduire de si tôt vue les circonstances. Il fit même tomber son capuchon laissant entrevoir ses yeux. Ses yeux rouges et profonds qui laissaient, sans forcément le vouloir transparaîtrent tellement de choses... Ellene bougea pas non plus en sentant ses ailes se rabattrent contre elle. Quoi de plus rassurant dans pareil moment. Il lui prodigua une fois encore ses inquiétudes. Une chose qu'elle detestait que l'on fasse pour elle, même si elle savait pertinament qu'elle faisait la même chose envers lui. Comment prendre soin d'elle en le sachant dans cette situation. Se réfugier chez ses compagnons si cela dégénérait pour elle, l'option la plus raisonable... Seulement raisonable pour qu'il la sache en sécurité.

La jeune femme se tourna vers son amant pour poser quelques secondes ses lèvres contre les siennes en posant sa main sur sa joue avant de lui dire en le regardant dans les yeux :

"Je ne partirais pas d'ici sans toi...Pour le moment je n'ai pas, je pense, trop de soucis à avoir sur ma condition. Tant que mon père et Nathan sont dans les parages elle ne me fera rien, bien entendu en jouant ce rôle. Quand à rejoindre les tiens, cela me touche que tu veuilles qu'il ne m'arrive rien mais je préfère autant rester prisonnière ici que d'être enfermé entre quatres murs à l'autre bout de la ville et ne pas savoir comment tu vas. Je reste ici, jusqu'a ce que je trouve le moyen de vous faire sortir du manoir... Je reste et je vais faire au mieux pour t'éviter à toi et si possible aux autres les tortures. Elle pense que je suis entrain de te faire payer ce que tu sais. Il faudra juste qu'au moment ou te sorte d'ici tu te débrouilles pour leur faire avaler que je n'ai pas été très tendre avec toi."

Kazahana l'embrassa à nouveau.

"Je t'aime et tu le sais..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arbagon Naïmphras
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 461
Age : 25
Localisation : Dans l'ombre, là ou on ne peut me voir, guettant ma proie
Maître De : Moi-même
Esclave De : De sa vie
Date d'inscription : 11/09/2007

Feuille de personnage
Aime: Celle qu'il se doit de reconquérir

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mer 26 Mar - 0:16

Il ferma les yeux, laissant les douces lèvres se coller aux siennes un instant. Trop peu longtemps à son goût, mais dans la situation ils n'avaient pas non plus des jours et des jours. Il le savait qu'elle n'aurait pas pris l'exil chez les siens, mais comment il aurait aimé. Rien ne servait de débattre sur ce point, elle ne changerait pas d'idée, il sentait un certain désespoir en lui. Jamais ils n'avaient été confrontés à une si grande difficulté, le moindre faux pas serait lourd de conséquence, très lourd même. Et cette douce chaleur sur sa joue qui accompagnait les doigts qui la parcourait. Pourquoi avait-il fallu que tout en arrive à ce point?

" Je n'en doute pas un instant, je le sais bien. Je t'aime tout autant, c'est pourquoi je désire tant te savoir en bonnes conditions. Malheureusement l'amour devra se taire pendant un certain moment, si tu flanches, ta parenté ne te sera plus d'aucune utilité. Fais très attention à toi. "

Le moment de la séparation arrivait à nouveau, il aurait tellement voulu que cette fois ce soit les vraies retrouvailles, mais non. Sa main droite se promena lentement sur le corps de Kazahana, l'autre tenant toujours sa main, et trouva ce qu'elle cherchait, le manche d'une dague. Il fallait effectivement que le moment ne paraisse pas avoir été meublé de tendresse et rendu à ce point, une blessure de plus ou de moins ... bref il prit la dague et s'entailla le bras un peu, puis se coupa un peu sur la hanche et essuya la lame pour la redonner à sa propriétaire. Il ne restait plus qu'à lui remettre les cordes et tout était parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazahana Camarilla
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 346
Age : 28
Localisation : Là ou me porte mes envies ...
Date d'inscription : 27/06/2007

Feuille de personnage
Aime: un amour perdu...

MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   Mer 26 Mar - 19:58

Le moment n'était pas simple. Kazahana appréciait ces contatcts avec Arbagon. Elle ne bougea pas quand elle sentit sa main passer sur elle. Il attrapa une de ses dagues. Non il n'allait pas se blesser... La jeune femme retint sa respiration un instant en tournant la tête. Il le fit quand même, quelle idée !! Il l'essuya et lui la rendit.

"Tu n'étais pas obligé, ce n'est pas parce que tu ressors avec aucune blessure de cette pièce que je ne t'ai forcément rien fait subir. Je n'aime pas quand on te fait du mal et là le faire devant moi juste pour me donner un peu plus de crédibilité, tu aurais pu me demander, avant de te faire ça ! Tu ne crois pas que te serais mieux porté sans ? ... Laisse faire !"

Kazahana se releva pour aller se rappuyer contre le rebord de la fenêtre. Allait-elle réellement pouvoir tenir ce rôle de 'méchante' envers lui ? Rien n'était certain, elle savait pertinement qu'il le fallait mais voir Arbagon dans cette situation de faiblesse alors qu'elle pouvait certainement faire quelque chose pour y remedier. Pourquoi ne pouvaient-ils pas simplement partir d'ici et se retrouver dans un endroit calme, juste tout les deux, loin de toute cette querelle... Non cela semblait un rêve beaucoup trop lointain et inimaginable vue leurs situations actuelles.
Soudain elle se rendit compte de ce qu'elle venait de dire et de faire, il l'avait peut être mal prit. Kazahana se retourna et se rapprocha à nouveau de son amant, en se remettant à genoux devant lui et face à lui :

"Excuse moi s'il te plait, mais comprend que tu subis déjà assez de chose alors tu n'es pas obligé de te faire ça juste pour conforter ma position. Je trouverais quelque chose à dire pour expliquer cela."

Elle se rapprocha à nouveau pour l'embrasser, s'y éternisant plus que la dernière fois. Elle ne voulait pas le laisser et encore moins aux mains des sbyres de la Lune Rouge qui par la suite le menerait face à cette Akazome. Elle se posa ensuite amoureusement dans ses bras pour profiter d'une dernière étreinte tout en compressant la plaie de son bras pour ne pas qu'il saigne trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une soirée mondaine (privée)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soirée mondaine (privée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Meeting Soirée Privée Vendredi 25 Mars 2011 20h à Minuit
» Soirée Privée Truffault
» Soirée Mondaine entre deux "génies" [PV Sylvia]
» [Avis] Soirée Vente-Privée du Festival des Moments Magiques du 25 mars 2011
» Soirée Privée APAS le 30 mai 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle Des Immortels :: Hors Rp :: Boite d'archive-
Sauter vers: